Le 27 janvier 1945, l'Armée rouge libérait le complexe de camps d'Auschwitz. À quatre jours du 75ème anniversaire de la libération, des chefs d'État et de gouvernement du monde entier se sont réunis aujourd'hui à Yad Vashem à l'occasion du cinquième Forum mondial de l'holocauste. Une délégation du Borussia Dortmund a également fait partie des invités. Le message est clair : il n'y a pas de place pour l'antisémitisme – ni en Allemagne, ni partout ailleurs ! 

Le BVB a commencé à se consacrer à la lutte contre l'antisémitisme et les discriminations de toutes formes il y a douze ans. Fidèle au slogan « Le Borussia unit ! Se souvenir ensemble. Ensemble contre l'antisémitisme », le club s'engage à travers des voyages pédagogiques, des ateliers et d'autres formats aux côtés de ses supporters, collaborateurs, partenaires et sponsors. En conséquence des activités qu'il poursuit depuis de nombreuses années dans ce domaine, accompagnées d'un contenu scientifique, le BVB a apporté son aide en avril dernier en accordant un don d'un million d'euros pour financer les travaux d'élargissement de Yad Vashem (www.yadvashem.org), le mémorial de l'holocauste à Jérusalem. 

Image
(de gauche à droite) Ruth Ur, représentante du mémorial de l’holocauste de Yad Vashem en Allemagne, a accueilli la délégation du BVB dirigée par Hans-Joachim Watzke (directeur général), Carsten Cramer (directeur commercial), Daniel Lörcher (directeur du département Corporate Responsibility) et Sarah Reichert (aide au Conseil d’administration) au Forum mondial de l’holocauste à Jérusalem.

L'holocauste avait pour but l'extermination totale des Juifs, la destruction de leur culture et leur histoire, et était motivé par l'antisémitisme. Yad Vashem travaille sans relâche à raviver la mémoire et la conscience de ce sombre chapitre de l'histoire. Outre le devoir de mémoire, les incidents récents à caractère antisémite comme par exemple l'attentat de Halle-sur-Saale d'octobre dernier seront abordés lors du Forum mondial de l'holocauste, qui se déroulera sous le slogan « Remembering the Holocaust. Fighting Antisemitism ». 

« C'est un grand honneur et une joie pour nous que le Borussia Dortmund puisse être présent au Forum mondial de l'holocauste. Notre don de l'année dernière montre que nous assumons pleinement notre responsabilité sociale. Il signifie également que nous devons toujours tirer les leçons du passé et que l'antisémitisme doit être clairement montré du doigt et combattu, même aujourd'hui », déclare le directeur général du Borussia Dortmund, Hans-Joachim Watzke.

Durant le Forum mondial de l'holocauste, le BVB a non seulement décidé de poursuivre son travail pédagogique de prévention, mais également de le compléter et l'améliorer progressivement. À cet effet, le Borussia Dortmund va entre autres bientôt endosser la définition de travail de l'International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA).

« Le football en général et le Borussia Dortmund en particulier ont le pouvoir de s'adresser à des personnes de toute éducation, tout âge et classe sociale et de les sensibiliser. Pour cette raison et aux fins de notre travail de pédagogique préventive, la reprise de la définition de travail de l'IHRA est une étape importante. Elle va surtout servir d'exemple, notamment pour les contenus pédagogiques correspondants destinés à l'éducation des enfants, jeunes et adultes. Elle peut ainsi contribuer à mieux comprendre et analyser les multiples facettes de l'antisémitisme », insiste le directeur commercial du BVB Carsten Cramer. 

Le Borussia Dortmund est entre autres représenté par Hans-Joachim Watzke et Carsten Cramer au Forum mondial de l'holocauste. Lorsque la libération du complexe de camps sera commémorée lundi prochain, Watzke fera partie des invités du mémorial public d'Auschwitz-Birkenau.

La définition de travail de l'International Holocaust Remembrance Alliance (www.holocaustremembrance.com) :

« L’antisémitisme est une certaine perception des juifs, pouvant s’exprimer par de la haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme sont dirigées contre des individus juifs ou non-juifs et/ou leurs biens, contre les institutions de la communauté juive et contre les institutions religieuses juives. l’Etat d’Israël, perçu comme une collectivité juive, peut aussi être la cible de ces attaques. »