Dans une semaine marquée par un chiffre d'affaires record, le bon départ de la saison et de nombreux transferts importants, une nouvelle est presque passée inaperçue: les 25 ans de la deuxième carrière de Norbert Dickel. Depuis cette période, le "héros de Berlin" est en effet le speaker du stade du Borussia Dortmund. 

Image

Le 15 décembre 1989, un vendredi soir pluvieux au Rheinstadion de Düsseldorf, la carrière de footballeur de Norbert Dickel se terminait dignement: il avait inscrit son 50ème et dernier but sous les couleurs du BVB à la 90ème minute, celui du BVB contre le Fortuna.

Il a marqué exactement 50 buts et joué 108 matches avec le maillot du Borussia Dortmund. Le nom Dickel est associé à la première ère de renaissance sportive du BV Borussia 09. 

En juin 1986, alors que le club venait d'éviter la relégation aux barrages, l'acquisition des deux attaquants Norbert Dickel (1. FC Cologne) et Frank Mill (Borussia Mönchengladbach) permettait au club de réaliser le décollage espéré: la quatrième place l'année suivante et le triomphe en Coupe d'Allemagne le 24 juin 1989 après un 4-1 en finale infligé au Werder Brême. Norbert Dickel – cette histoire a été racontée des milliers de fois – s'offrait un retour idéal après un arrêt pour blessure de six semaines et marquait les buts du 1-1 et du 3-1. 

Le genou ne tenait toutefois plus le rythme. Norbert Dickel souffrait le martyre en rééducation et passait des heures et des heures sur les autoroutes pour se rendre chez des spécialistes. Après encore six apparitions, il décidait de mettre un terme à sa carrière le 15 décembre 1989, durant laquelle il aura signé 50 buts en 108 matches, de belles statistiques. 

Image

Après avoir été vendeur de tambours d'entraînement pour tapis roulant, puis de cuisines intégrées et enfin vendeur tout court dans un grand fabricant d'articles de sport, Norbert Dickel entamait sa deuxième carrière au BVB le 22 août 1992. Il prenait ainsi la relève de Bruno "Günna" Knust, l'animateur encore populaire aujourd'hui dont la renommée ne s'arrête pas à la ville de Dortmund. Irremplaçable, Dickel est une idole. "Norbert, Norbert ­– Norbert Dickel: tout le monde le connaît, le héros de Berlin" est un chant qui a été reproduit 425 fois dans la tribune Sud jusqu'à présent, rien qu'en Bundesliga. Le speaker, qui a déjà un peu plus de 50 ans, peut faire beaucoup de choses, hormis ce qui suit: mettre le frein. "Voici la composition de l'équipe du Borussia Dortmund", commente-t-il – ou plutôt hurle-t-il – au micro: "Au but, le numéro 38 Roman..." 

Il vient de fêter sa 25ème année en tant que speaker du stade. Durant ces 25 années, il n'aura raté qu'un seul match à cause d'un rhume sévère. "Je considère ce poste comme un grand honneur", déclare Nobby, qui admet: "Avant chaque match, je suis aussi nerveux que la première fois." Avant la rencontre à domicile contre le Hertha BSC, le président Reinhard Rauball lui avait rendu hommage et il avait été ovationné par le public. 

La fonction de Dickel ne se limite toutefois pas à deux mi-temps de 45 minutes et aux divertissements pendant les matches à domicile. Lorsqu'il est entré en fonction en 1992, le terme "marketing" n'existait pas encore en Allemagne, mais il l'a directement mis en pratique en trouvant des sponsors et en soignant ses contacts. "Être le speaker du stade n'est qu'une petite partie de mon travail", explique l'animateur de "BVB total!", la chaîne TV du Borussia Dortmund. En outre, il se déplace souvent pour représenter le club et est depuis 18 ans la voix de la Netradio du BVB. 
Boris Rupert