Depuis presque une semaine, les U23 du BVB se trouvent au camp d'entraînement dans les Alpes de Kitzbühel et se donnent à fond pour la nouvelle saison, qui commencera le 26 juillet par un match-évènement au Rot-Weiß Essen. En interview, le nouveau coach Mike Tullberg parle des jeunes footballeurs, de son excitation avant le début de la nouvelle saison et du football en tant que mode de vie. 

Mike, le camp d'entraînement touche à sa fin. Quel est ton bilan de la préparation jusqu'à présent ? 

On a vu dans les derniers jours que l'un ou l'autre joueur n'était pas en parfaite condition physique. J'ai trouvé que le match d'hier était bon en première-temps, mais la deuxième a montré que certains était très, très fatigués. Nous n'avions donc pas le niveau qui doit être le nôtre pour réussir en championnat. Nous ne devons pas oublier que beaucoup de nos joueurs ont peu joué ces derniers temps. Steffen Tigges à Osnabrück, Lars Bünning à Brême et Magnus Kaastrup à Aarhus n'ont pas eu beaucoup de temps de jeu et Maximilian Hippe a été blessé pendant presqu'un an. Nous devons doser les charges et trouver le bon niveau. Nous l'avons bien fait et ainsi évité des blessures plus graves, même si nous nous sommes vraiment approchés de la limite. Au niveau de la tactique, nous avons également bien travaillé. Cela s'est très bien observé en première mi-temps. De manière générale, je suis très content des deux premières semaine et demi. 

Comment est l'ambiance dans l'équipe ? 

Même si nous avons dû intégrer beaucoup de nouveaux joueurs, les joueurs se sont très bien trouvés et très rapidement. Ils s'amusent, même en dehors du terrain. Mercredi, nous avons fait du rafting ensemble et chacun a dû ensuite chanter quelque chose. C'était une journée géniale pour tout le monde. 

Une victoire 2-1 a été acquise hier à l'Austria Salzbourg. Es-tu satisfait des matches amicaux ?

J'ai déjà dit hier que la finition n'était pas bonne contre Aplerbeck et hier, où nous aurions dû marquer davantage. Hormis cela, les séquences étaient très bonnes et nos actions convenables. Il a manqué un soupçon de chance devant le but. Notre défense m'a également convaincu, mais nous devons évidemment travailler ce domaine. En deuxième période, l'équipe était tout simplement épuisée. 

Tu es maintenant en Allemagne depuis près de deux semaines et demi. As-tu été bien accueilli au BVB ?

L'ambiance au centre d'entraînement est fantastique, que ce soit parmi les joueurs, le personnel, le concierge Paul ou le service d'entretien de la pelouse. Nous nous tapons dans la main, nous discutons brièvement et nous faisons des blagues. C'est très, très sympathique. J'aime être dans le complexe et les autres l'ont remarqué car j'y suis resté presque douze heures par jour (rit). Même si le BVB est un très grand club, tout se passe de manière très naturelle ici. Les personnes qui m'entourent sont géniales. Ce qui était vraiment drôle, c'est le trajet en bus. J'avais très mal dormi car des supporters du BVB n'arrêtaient pas de klaxonner dès qu'ils voyaient le bus. C'est là qu'on remarque que le BVB est un très grand club, mais cela me fait plaisir et je suis vraiment ravi d'être ici. Je suis vraiment fier de pouvoir porter cet emblème. Lorsque j'étais plus jeune, j'ai vu Marc Strudal et plus tard Flemming Povlsen porter le maillot du BVB et j'ai donc toujours aimé ce club. Mais cela reste du football, le ballon reste le même, il n'y a peut-être que la langue qui change. J'ai auparavant entraîné en anglais et maintenant en allemand. 

L'anglais est donc une langue officielle dans le football danois ?  

Oui, nous sommes un petit pays et de nombreux étrangers jouent donc au Denmark. Ici, ce sont surtout des joueurs qui ont grandi en Allemagne et nous communiquons donc en allemand. 

Les deux premiers matches de la saison au Rot-Weiss Essen et à la maison contre le promu Lotte s'annoncent prometteurs. Aurais-tu espéré un début de saison plus facile ? 

Je me suis habitué aux grandes affiches dans le championnat danois l'année dernière. Je me réjouis du match d'ouverture  à Essen. C'est une véritable choc, pour notre équipe également. Les joueurs veulent tous faire leurs preuves et franchir un cap. C'est une occasion idéale de se montrer directement face aux nombreux spectateurs contre un adversaire qui s'est bien renforcé. De nombreux supporters du BVB feront certainement le déplacement à Essen et vont nous encourager. Le match contre Lotte sera aussi sûrement sold out, même si le début de saison sera proche. 

Est-ce une source de pression pour les joueurs de jouer deux fois dans un stade rempli ?

Si un joueur pense que cela l'est, il doit me le dire. Tout le monde veut jouer à un plus haut niveau. Je pense, et je ne suis pas le seul, qu'un public plus nombreux crée plus de plaisir. Il y aura évidemment d'autres matches avec moins de spectateurs. Le football reste le même et nous devrons livrer la même prestation. Tout le monde se réjouit des deux premières journées, et je le ressens dans l'effectif. Je ne peux pas imaginer qu'un joueur voit cela comme une source de pression. 

As-tu déjà auparavant entendu que le BVB disposait d'une grande base de supporters en Regionalliga. 

Oui, évidemment, je l'ai entendu dans l'une ou l'autre vidéo et de la bouche de supporters. Je me suis également rendu ici quelques fois la saison dernière et je l'ai vu de mes yeux. Je trouve cela vraiment génial de pouvoir compter sur la présence de plusieurs centaines de supporters du BVB en déplacement pour encourager les U23. C'est vraiment quelque chose de tout à fait spécial. Je pense également que c'est difficile lorsque l'équipe première joue en même temps. J'espère que la fédération interviendra pour que nous puissions avoir un public plus nombreux. Pour les joueurs, chacun spectateur compte car cela crée une meilleure ambiance. Même si cela fait augmenter la pression, c'est bon pour nos gars. Cela fait partie du football et ils doivent s'y habituer. 

Pourquoi penses-tu que tant de supporters viennent assister aux matches de U23 ? 

On voit tout simplement que les gens à Dortmund ont le football dans la peau. Lorsque je discute avec des personnes attachées au BVB, je ressens qu'ils parlent avec leur cœur.  J'ai le sentiment que c'est quelque chose de tout à fait spécial. Je compare un peu cela à mon passage en Italie au Reggina Calcio. Je ne pouvais pas marcher dans la rue et le football était un vrai mode de vie, même si c'est une autre culture. Je dirais presque que le football est comme une religion ici, une façon de vivre. Les gens s'intéressent donc ici aux U23 car c'est le club qui compte après tout. 

Qu'attends-tu de ton équipe pour la saison qui arrive ? 

C'est difficile à dire car nous avons beaucoup de nouvelles recrues et une équipe très jeune, nous ne sommes que les U23. Ce que j'attends des joueurs, c'est qu'ils jouent un football audacieux. Nous avons des joueurs qui savent bien jouer au football. Nous devons oser déployer ce football. J'en ai parlé quelque fois, dont hier, au moment où l'équipe était un peu sous pression et déstabilisée après l'égalisation. Je ne veux pas voir des joueurs avoir peu de jouer au football, avec ou sans le ballon. En tant que U23, nous voulons gagner chaque match mais cela ne va pas se passer, nous devons jouer au football avec courage. C'est pour moi le plus important.