Même dans les discussions avec les actionnaires, le sport reste actuellement une priorité : le leader du classement de Bundesliga Borussia Dortmund s'est réuni lundi avec ses actionnaires dans une ambiance excellente. Les discours d'Hans-Joachim Watzke (directeur général) und Thomas Treß (directeur financier) ont été couverts d'applaudissements. Le seul club allemand côté en bourse versera un dividende à ses actionnaires cette année également. 

« C'est un beau moment à vivre d'être actuellement en tête de Bundesliga. Je suis toutefois bien placé pour savoir que la situation peut rapidement basculer dans le football, il faut donc garder les pieds sur terre », a insisté Hans-Joachim Watzke à l'assemblée générale du Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA au hall de Westphalie 3b. « Il est présent de notre devoir », a poursuivi Watzke, « de rester concentrés et de garder le dynamisme nécessaire ! »

Devant les plus de 1 000 actionnaires (représentant environ 65 % du capital initial enregistré), Watzke a explicitement félicité le nouvel entraîneur Lucien Favre et son groupe. Lorsque Favre est arrivé au hall de Westphalie accompagné de Marco Reus, du latéral gauche Marcel Schmelzer et du vétéran Lukasz Piszczek à 11 h 13, de nombreux actionnaires se sont levés et ont exprimé leur joie sans modération. 

Malgré la conjoncture sportive particulièrement positive, Watzke n'a pas manqué de jeter un regard rétrospectif sur l'année précédente, décevante sur le plan sportif, pour livrer son analyse : « Nous avons adopté une approche plus ouverte à la fin de saison et nous avons recruté des vrais professionnels avec Sebastian Kehl comme directeur du département des joueurs sous licence et Matthias Sammer en tant que conseiller externe et ils nous aident à avancer en apportant la contradiction dans un esprit constructif, mais toujours avec l'énergie et la bonne humeur qui les caractérisent. Chacun a un peu mis son égo de côté. C'est aussi sûrement l'une des raisons pour lesquelles nous nous portons si bien. »

Le BVB dispose d'un « personnel plein d'avenir », a déclaré Watzke. « Personne ne doit avoir peur d'un bouleversement. Nous avons tant de personnes jeunes, dynamiques et extrêmement compétentes que nous sommes à l'abri de tout besoin », a expliqué le directeur général, qui a ensuite présenté sa stratégie pour l'avenir : « Nous avons élaboré un plan de croissance avec le cabinet de conseil McKinsey avec comme objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros, transferts non compris, d'ici 2025. Vous êtes cordialement invités à nous assister dans ce projet. Les moteurs de cette croissance devraient être le sponsoring, l'expansion internationale et la numérisation. En ce qui concerne les sponsors, le Borussia Dortmund suscite à nouveau des intérêts énormes en ce moment ! »

Concernant les hautes ambitions économiques du club, Watzke a dans le même temps appelé à ne pas perdre de vue l'essentiel. « Nous devons sentir le moment où les limites de la commercialisation seront atteintes et alors lever le pied du champignon », a-t-il déclaré. Il a ensuite marqué clairement son opposition à l'augmentation du prix des billets à travers le taux d'inflation et a rappelé la dimension politico-sociale du BVB, qui avait exprimé sans ambiguïté sa lutte contre le racisme, la discrimination et l'intolérance la veille lors de l'assemblée des membres. Le projet de construction d'une maison des supporters située à proximité du Signal Iduna Park pour renforcer le dialogue avec les fans a également suscité la bienveillance des actionnaires. 

Le directeur financier Thomas Treß a ensuite présenté les chiffres déjà connus depuis août : le plus gros chiffre d'affaires de l'histoire du club avec 536 millions d'euros (année précédente : 405,7 millions d'euros), le bénéfice du groupe de 28,5 millions d'euros (année précédente : 8,2 millions d'euros) et le résultat opérationnel du groupe avant intérêt, impôt et amortissement (EBITDA) de 126,6 millions d'euros (année précédente : 74,0 millions d'euros). Tous ces chiffres montrent que le Borussia Dortmund jouit d'une excellente santé financière. Dans un exercice où 41,5 % du chiffre d'affaires est venu des transferts, Treß a fait état d'un « flux de trésorerie provenant des activités commerciales de 158,36 millions d'euros ». C'est environ 47 millions de plus que l'année précédente. 

Treß a évalué la valeur du Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA « à 1,1 milliard d'euros, selon des estimations prudentes ». Même le cabinet KPMG est parvenu « à une évaluation située entre 1 et 1,1 milliard d'euros ». À cette valeur correspond un cours de l'action de 11,96 euros. « Nous n'y sommes pas encore », a expliqué Treß, « mais vous verrez que le cours a plus que quadruplé depuis 2005 et a grimpé de 40 % depuis la dernière assemblée générale. Notre cours continue à monter ! »

Pour l'exercice 2017/18, le BVB versera à ses actionnaires un dividende de 0,06 euros (5,5 millions d'euros distribués au total) par action. La gestion de l'associée commanditée et du conseil de surveillance a été approuvée à une majorité écrasante de 99,97%. (sf)

BVB-TV : Les discours des dirigeants du BVB