La double rencontre éprouvante s'est conclue par la traditionnelle soirée de l'équipe. À l'issue d'un quiz organisé par le préparateur physique Alexander Ulbricht, que l'équipe de Kolbein Finnssonn composée de Steven Rupprecht, Taylan Duman, Marco Rente et Lars Bünning a remporté haut la main, joueurs, entraîneurs et staff ont pu profiter de la soirée, avant la pause de jeudi. 

Pendant qu'une moitié de l'équipe explorait les environs dans le cadre d'une visite culturelle, que d'autres visitaient le château fort de la petite commune et que le reste se reposait dans les chambres, le staff était également en pause. Pas de lessive à faire, pas de corps à soigner. Nous avons profité de l'occasion pour nous pencher sur le travail des hommes autour de l'équipe. 

Quel est le rôle d'un phytothérapeute ? Marjus Lancer, depuis 2016 au Borussia Dortmund, décrit son travail : « Nous avons plusieurs tâches. Cela commence par la préparation à chaque séance. Il y a ensuite les soins à apporter à certains joueurs, mais aussi les choses que nous faisons pendant l'entraînement, comme renvoyer les ballons lors de certains exercices, préparer et étiqueter les bouteilles d'eau pour les joueurs. Cela est également important dans un groupe aussi large, afin que les joueurs puissent boire dans leur propre bouteille et ne pas se transmettre des rhumes. » Son collègue Daniel Zollinski, depuis 2018 au BVB, ajoute : « Cela fait partie de la prévention, d'autant plus que nous sommes de toute façon sur place lorsqu'un joueur se blesse ou doit être soigné rapidement. » 

Image

Dans tous les cas, les deux hommes sont toujours à l'écoute des joueurs et sont régulièrement leurs premières personnes de contact et de confiance. « La journée de travail commence après le petit-déjeuner. C'est à ce moment-là que les premiers soins sont donnés, même si c'est plutôt exceptionnel. Nous préparons ensuite nos glacières et emportons les affaires dont nous avons besoin », déclare Langer. « Le moment avant l'entraînement est celui du ruban adhésif car c'est là que les gars reçoivent leurs rubans », explique Zollinski. Les deux compères dirigent ensuite l'entraînement avant le retour de l'équipe à l'hôtel. Les traitements nécessaires sont effectués, avant le déjeuner collectif. « Nous répétons ensuite les séquences du matin et le deuxième entraînement a ensuite lieu », commente Zollinski. Markus Langer décrit les heures qui suivent : « Les joueurs se font soigner après le dîner. Un horaire est affiché pour qu'ils puissent s'y inscrire. Vers 22 heures, notre journée est terminée. »

En plus de Langer et Zollinski, ce sont surtout Paul Jankowski et Harald Völkel qui sont en charge de l'équipe. Les deux membres du staff travaillent depuis déjà de nombreuses années pour les U23, qui s'appelaient autrefois  « amateurs du BVB » ou plus tard « BVB II ». Les deux hommes peuvent être considérés comme des vieux baroudeurs. Harald « Harry » Völkel s'occupe de l'équipe réserve du BVB depuis 1989. « J'entraînais auparavant les arbitres. Je travaille maintenant à plein temps  pour le BVB depuis dix bonnes années. » De 1980 à 1985, j'avais même joué pour les amateurs du BVB au niveau régional. « Tout s'est beaucoup professionnalisé aujourd'hui. Autrefois, les joueurs allaient encore boire une bière ensemble après l'entraînement. Ce n'est aujourd'hui plus possible car l'intensité est beaucoup plus élevée », raconte Völkel au sujet des différences par rapport à son époque. 

Image

« Dans les années 1990, les joueurs n'avaient que deux à trois entraînements par semaine. Aujourd'hui, c'est six à sept jours par semaine », ajoute Jankowski. Paul Jankowski a également beaucoup de choses à raconter sur les camps d'entraînement à l'époque car il a participé à plus de 20 d'entre eux. Il est membre du Borussia Dortmund depuis 1951, a joué pour les équipes de jeunes du BVB et également les amateurs dans les années 1960. « Les camps d'entraînement ne sont pas si différents l'un de l'autre, on est presque toujours à l'hôtel et sur le terrain. Les gens ont été gentils et amicaux partout et nous nous sommes bien comportés partout également. » À l'époque, il n'y avait pas beaucoup de jeunes joueurs du centre de formation du club dans l'équipe, beaucoup venaient d'autres clubs et avaient déjà pas mal d'expérience. 

« Je m'entends très bien avec les jeunes joueurs et vice-versa », déclare Jankowski. « Je me sens parfois presque comme un père ou un grand-frère. Les joueurs parlent très ouvertement avec moi, me font confiance et cela me rend très fier », se réjouit Völkel. Sa tâche consiste surtout à s'occuper de la lessive des joueurs, gonfler les ballons et préparer et encadrer l'entraînement. « Je faisais cela tout seul avant et Harry m'a rejoint il y a dix ans », ajoute Jankowski. 

Jankowski a un jour voulu renoncer à sa participation à un camp d'entraînement. L'entraîneur Horst Köppel est alors allé lui parler pour le convaincre : « Paul, tu dois venir ! » Un rêve s'est alors réalisé pour Harry : « Je suis Borusse, j'ai toujours voulu jouer pour ce club. Je n'y suis pas arrivé en tant que joueur. Je suis donc heureux de pouvoir faire de mon travail un hobby. Je dis toujours : Si tu pars au boulot le matin avec le sourire, tu as réussi ta vie ! »