Paco Alcácer a une nouvelle fois inscrit le but de la victoire, mais l'homme de la soirée au cours de laquelle le Borussia Dortmund et le Bayern Munich se sont livrés une bataille épique s'appelait Marco Reus, une nouvelle fois.

Image

« C'était un beau match des deux côtés », a déclaré le joueur de 29 ans dans la soirée. « Nous avons vu un Bayern solide en première mi-temps. Au retour des vestiaires, nous nous sommes redressés, nous étions plus agressifs et nous avons eu des possibilités. Nous aurions du concrétiser deux ou trois occasions en plus. »

L'entraîneur légendaire Ottmar Hitzfeld avait rédigé une chronique dans le magazine kicker: « Marco Reus est en super forme au BVB, c'est le meilleur Reus que nous ayons jamais vu. Il part vers l'avant, les jeunes le suivent et régalent avec leur jeu de relances rapides. »

Lors du 3-2 face au Bayern, Reus a marqué ses septième et huitième buts. Dans toutes compétitions confondues, c'est-à-dire également en Ligue des champions et en coupe d'Allemagne, le natif de Dortmund a déjà fait trembler les filets à onze reprises. 

Avant le 1-1, il avait été fauché par Manuel Neuer et a transformé le penalty qui s'ensuivait. Sur le 2-2, il a pris un maximum de risques et en a été récompensé. « C'est tout ou rien. Soit le ballon part dans la tribune Sud soit il rentre », a-t-il déclaré au sujet de sa reprise directe. « J'ai repris le ballon parfaitement. »

Le penalty sur le 1-1 était indiscutable. « J'arrive à toute vitesse. Si cela n'est pas un penalty, je sais pas ce qui est en un », a déclaré Reus. « Je n'ai pas la réputation de simuler. » Il poursuit : « Je ne m'attendais pas à arriver sur le ballon, mais Manuel a hésité. » Neuer a ensuite renversé Reus. 

Reus a fusillé le but six fois, c'est plus que les 28 autres joueurs réunis. Il a fait gagner le Borussia, qui dispose à présent de quatre points d'avance sur le Borussia Mönchengladbach avant d'entamer la trêve internationale. « Nous sommes fiers de notre place, nous avons pris beaucoup de plaisir et notre équipe tourne bien. Nous ne nous laissons pas distraire par des résultats négatifs, mais il est encore trop tôt pour parler du titre. Le championnat est très serré et il y a encore énormément de matches à jouer. Nous devons donc garder les pieds sur terre. » En effet, après la pause, « nous serons poursuivis par les autres. Ce sera encore plus difficile match après match ».
Boris Rupert