Le Borussia Dortmund a terminé la saison par une défaite. À domicile contre le TSG Hoffenheim, un douloureux 0-4 (0-2) a été enregistré. 

Image

Hoffenheim a été le onze le plus agile et a déjà mené 2-0 à la pause sur un doublé de Kramaric à la 8e et 30e minute, prenant le large dès la reprise sur une nouvelle double réalisation du même acteur. Si le nombre d’occasion était de 1-2 à la pause, il est passé à 2 à 8 à la fin.

Situation de départ :
Alors que le BVB était sûr de terminer deuxième, le septième se battait encore pour la qualification directe en UEFA Europa League (5e et 6e places). Sur les 13 derniers matches à domicile en championnat et coupe, le TSG n’avait perdu qu’une fois.

Personnel :  
Can, suspendu, ainsi qu’Akanji, Delaney, Dahoud, Reus, Schmelzer et Götze, qui avait fait ses adieux avant le coup d’envoi, étaient indisponibles. Par rapport au 2-0 du week-end dernier à Leipzig, un changement avait été opéré : Balerdi remplaçait Can et fêtait ainsi sa première titularisation. Morey et Reyna restaient dans l’effectif, même si Hakimi était de retour après avoir purgé sa suspension. Le Marocain était sur le banc, tout comme Sancho, au coup d’envoi.

Tactique :
Le Borussia lançait ses offensives dans son habituel 3-4-3 avec Haaland tout devant. Côté Hoffenheim, Bebou et Dabbur formaient la paire d’attaquants de pointe dans un 3-3-2-2, qui se transformait en 5-3-2 lorsque Dortmund avait le ballon.

Déroulement du match et analyse :
Le Borussia avait l’action la plus dangereuse de la rencontre, lorsque Haaland montait pour reprendre un corner, mais sa frappe croisée était captée par Baumann dans les filets du TSG (5’).

Le pressing offensif des visiteurs, qui venaient rapidement perturber la construction adverse, causaient du souci aux jaunes et noirs et finissait par porter ses fruits. Bebou récupérait un ballon, le transmettait vers le côté droit à Kaderabek, qui centrait dans le dos de la défense. Kramaric disposait de beaucoup d’espace à 20 mètres du but et inscrivait le 0-1 avec la manière (8’). Bürki n’avait rien su faire.

Image

Le jeu des Borussen souffrait d’un manque de mouvement, avec trop peu de rythme et de profondeur. Les relances rapides, qui sont l’une des forces de l’équipe, réussissaient bien au TSG. Au bout d’une demi-heure, les statistiques étaient pourtant de 66 % de possession de balle, 76 % de duels gagnés et un taux de passes réussies de 92 %, mais également 2 tirs au but contre 6 – et un 0-2 au score. Après un centre, Skov arrivait pour tirer à gauche de la surface, mais déviait involontairement le ballon pour Kramaric, qui terminait à bout portant (30’).

Les jaunes et noirs cherchaient la faille dans la défense visiteuse, mais étaient souvent occupés à contenir les offensives adverses ou bien s’emmêlaient les pinceaux. Hormis une frappe des 20 mètres de Hazard, qui ne posait aucun problème à Baumann (37’), la rencontre était calme.

Favre réagissait à la pause : Hakimi (5 buts / 10 passes décisives) et Sancho (17 + 16) totalisaient à eux deux 48 (!) implications dans un but ; Guerreiro et Hazard restaient au vestiaire, Morey glissait vers le côté gauche. Le 0-3 tombait seulement deux minutes après la pause. Lancé par Bebou sur la gauche, Kramaric éliminait Piszczek et faisait glisser le ballon entre les jambes de Bürki (48’). Deux minutes plus tard, Hummels barrait la route à Dabbur dans la surface, et un penalty discutable était sifflé, mais cela ne semblait pas préoccuper Kramaric, qui transformait (0-4, 50’).

Le Borussia passait à une défense à quatre, mais les meilleures occasions restaient pour le TSG. Bürki empêchait le 0-5 par deux fois. Zagadou pour Balerdi et Raschl pour Reyna étaient les 3e et 4e changements à l’heure de jeu ; l’ancien capitaine des U19 Raschl faisait ainsi son entrée en Bundesliga. Schulz rentrait peu après (pour Piszczek).

Prochain rendez-vous : 
Le Borussia Dortmund termine la saison à la 2e place. La saison 2020/21 pourrait commencer le 2e ou 3e week-end de septembre. La DFL n’a pas encore donné de date précise.

Boris Rupert

Équipes et buts