Les nouvelles sportives se font rares aujourd'hui. En marge de l'Assemblée générale de la DFL mardi, une décisions importante a toutefois été prise. Sur demande du Borussia Dortmund, l'âge minimum pour être autorisé à jouer en Bundesliga sera abaissé à 16 ans à partir de la saison 2020/21. 

« Nous sommes tout à fait ravis de cette décision, qui pourra aider les clubs, mais également les jeunes joueurs dans leur progression. La majorité des clubs peut maintenant donner à de jeunes joueurs très talentueux dans des cas exceptionnels la possibilité de franchir un nouveau cap dans leur progression », a commenté le coordinateur des jeunes Lars Ricken au sujet de cette décision. Le jeune joueur Youssoufa Moukoko entre autres, qui aura 16 ans en novembre, pourra bénéficier de cette possibilité.

La demande a été débattue à l’Assemblée générale de la DFL et la proposition a été largement approuvée.

Oui, nous sommes contents que la décision soit passée avec une aussi large majorité. Cela montre que tout le monde juge utile le fait de donner à des joueurs très talentueux la possibilité de progresser. Cela ne signifie pas que la Bundesliga va à présent être envahie de joueurs de 16 ans. Tout le monde observera cette règle de manière responsable et ne l’utilisera que dans les cas nécessaires. Cette décision était également utile pour s’aligner sur les règlements des autres pays.

Comment a réagi Youssoufa à la nouvelle ?
Nous n'avons pas encore pu en discuter. Je sais dans tous les cas qu'il avait hâte que l'ancienne règle soit abolie. 

Comme tous les autres jeunes joueurs, Moukoko ne peut pas s'entraîner au centre de formation des jeunes pour le moment. Quand l'entraînement pourrait-il reprendre ? 
L’entraînement et les matches sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Nous nous en tenons aux décisions politiques. Un point important pour nous sera l’ouverture des écoles. Lorsque les cours reprendront, nous pourrons penser aux entraînements. En attendant, notre centre de formation reste fermé provisoirement jusqu’au 19 avril, comme nous l’avons annoncé. Seul un joueur, qui a dû être opéré il y a deux semaines et a donc préféré rester à Dortmund pour des raisons médicales, séjourne en ce moment à la maison des jeunes. Il y reçoit tous les jours les soins d’un physiothérapeute.

Que font les jeunes pendant ces longs congés de Pâques ? 
La qualité de nos entraîneurs ne se voit pas uniquement lorsque nous gagnons des titres, mais en ce moment-même : leur travail, également en lien avec les parents, est remarquable. Les joueurs reçoivent grâce à une application leur programme athlétique hebdomadaire, qui inclut des courses d’endurance, des courses en fractionné et des exercices de musculation ou de stabilisation. Ce programme doit être suivi tous les jours jusqu’à 10 heures et un rapport doit être envoyé à l’entraîneur. L’objectif est que les joueurs ne passent pas leur journée à dormir, continuent à avoir un mode de vie structuré et se lèvent tôt le matin. Après l’entraînement, ils doivent travailler pour l’école. Nous ne pouvons pas vérifier qu’ils le font, mais nous faisons confiance à leur sens des responsabilités. Pour l’après-midi, ils reçoivent via une autre application des séquences vidéo ou des matches entiers qu’ils doivent analyser, commenter et ajuster et qui sont souvent adaptés à leur poste. Il s’agit d’un défi techniquement exigeant qu’ils relèvent à l’aide de leur smartphone et partagent à travers les groupes de l’équipe sur What’sApp. Tout ceci montre selon moi que les jeunes ont une journée bien remplie malgré cette période difficile.

Interview : Boris Rupert