Le Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA a généré dans l'exercice 2019/20 un résultat global brut de 486,9 millions d'euros. Le bilan du groupe présente un déficit de 43,9 millions d'euros. 

« La décennie qui s’est écoulée a été très bonne, tant sportivement qu’économiquement », a expliqué le directeur général Hans-Joachim Watzke à l’occasion de la conférence de presse sur le bilan provisoire de l’exercice 2019/20 ce lundi, faisant référence aux deux titres de champion d’Allemagne, deux coupes d’Allemagne et trois Supercoupes gagnés de 2011 à 2019, avant d’ajouter : « Nous avons toujours été dans le vert durant ces années. Puis, le coronavirus est arrivé. »

Dès la mi-mars 2020, les recettes et les bénéfices ont été grandement affectés par les fortes restrictions de la vie publique imposées en raison du covid-19 et des conséquences économiques que cela a impliqué. Pour cette raison la croissance du chiffre d’affaires du groupe de 6,3 % réalisée au cours des neuf premiers mois a été complètement grignotée par des baisses de plus de 25 % dans les trois deniers mois de l’exercice 2019/20 par rapport au trimestre de l’année précédente, accompagnée d’une perte élevée de bénéfices. « Le football a bien plus souffert de la pandémie que les sociétés côtées au DAX, qui ont affiché un recul de 13 % en moyenne lors de ce quatrième trimestre », a expliqué le directeur commercial Thomas Treß.

Cinq des 17 derniers matches à domicile de Bundesliga de la saison ont dû se dérouler à huis clos et les revenus ont donc grandement chuté au niveau du sponsoring, des droits TV et en particulier des recettes de transfert.

Le Borussia Dortmund a réalisé lors de l’exercice 2019/2020 (01/07/2019 – 30/06/2020) un résultat global brut (chiffre d’affaires en plus des indemnités de transfert payées) de 486,9 millions d’euros (489,5 l’année précédente). Le chiffre d’affaires du Borussia Dortmund est resté presque constant avec 370,2 millions d’euros (370,3 millions d’euros l’année précédente). Le résultat du groupe a été de -44,0 durant l’exercice qui vient de s’écouler (17,4 millions d’euros l’année précédente). Le bénéfice avant impôt (EBT) s’est élevé à -46,6 millions d’euros (21,8 millions d’euros l’année précédente) et le le bénéfice avant intérêts, impôts et dépréciations et amortissement (EBITDA) à 63,0 millions d’euros (l’année précédente 116,0 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires a atteint 370,2 millions d’euros (370,3 millions d’euros l’année précédente). Il comprend la billetterie avec 32,5 millions d’euros (44,7 millions d’euros l’année précédente), les droits TV avec 169,8 millions d’euros (167,3 millions d’euros l’année précédente), la publicité avec 98,0 millions d’euros (96,8 millions d’euros l’année précédente), les services de restauration, conférence et autres avec 36,7 millions (31,5 millions d’euros l’année précédente) et le merchandising avec 33,3 millions d’euros (30,0 millions d’euros l’année précédente)

Le bénéfice des transactions de transfert, qui se compose des indemnités de transfert payées déduites des soldes comptables restants ainsi que des frais de vente, a atteint 40,2 millions d’euros (82,9 millions d’euros l’année précédente).

Les frais de personnel du groupe ont augmenté de 10,1 millions d’euros, pour passer de 205,1 millions d’euros à 215,2 millions d’euros dans l’exercice qui vient de s’écouler. Les amortissements et dépréciations du groupe ont grimpé de 13,6 millions d’euros, passant de 92,5 millions d’euros à 106,1 millions d’euros. Les autres frais opérationnel du groupe ont bondi de 118,5 millions d’euros l’année dernière à 119,0 millions d’euros, soit une augmentation de 0,5 million d’euro. Le résultat financier du groupe s’est enfoncé de -1,7 million d’euros à -3,4 millions d’euros, soit une dégradation de 1,7 millions d’euros.

Au vu de cette situation financière, la distribution des dividendes ne peut pas être proposée à l’assemblée générale.

En ce qui concerne l’exercice en cours (du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021), Hans-Joachim Watzke a expliqué : « Nous ne pourrons revenir dans le vert que lorsque les restrictions concernant les spectateurs seront levées. Mais nous devons nous montrer patients. Le football peut très difficilement se passer de ses supporters. En attendant, nous devons tenir bon et nous allons le faire. »